Récherche...
logo newscongo

SéCURITé | Nord-Kivu : 46.000 personnes se sont déplacées après des affrontements entre FARDC et M23 à Rutshuru (OCHA)

Nord-Kivu : 46.000 personnes se sont déplacées après des affrontements entre FARDC et M23 à Rutshuru (OCHA)

142 Museza Pascal
imagr article
A l'Est de la RDC/ph. Tiers

Le Bureau de Coordination humanitaire en RDC (OCHA) indique qu’au moins 46.000 personnes se sont déplacées, à la suite des affrontements qui ont débuté le lundi dernier entre les Forces Armées de la RDC et des combattants du M23, dans différentes entités du territoire de Rutshuru au Nord-Kivu.

Dans un bilan établi ce jeudi 31 mars 2022, OCHA fait savoir que 36.000 personnes se sont déplacées vers d’autres entités de Rutshuru, alors que plus de 10.000 autres ont fui vers l’Ouganda.

«Les combats ont poussé des milliers de civils à se déplacer à travers le territoire de Rutshuru, d'autres ont traversé la frontière ougandaise. Selon des récents rapports d'acteurs locaux et de partenaires chargés de la protection, au moins 36 000 personnes se seraient déplacées vers plusieurs localités du territoire de Rutshuru, tandis que plus de 10 000 autres auraient fui vers l'Ouganda. Certaines parmi ces dernières ont été placées dans des centres de transit et reçoivent déjà de la nourriture et une protection,» déclare OCHA.

La Coordination humanitaire reconnait que depuis jeudi, des centaines de personnes ont commencé à retourner chez elles, à la suite d’un appel des autorités locales, invitant les habitants à rentrer, après le retrait des M23.

C’est l’Administrateur de territoire de Rutshuru qui a appelé les habitants ayant quitté leurs habitations à les regagner progressivement, car selon lui, les FARDC nettoient la zone en sécurisant davantage les villages qui ont été envahis par les troupes du M23.

Dans un communiqué consulté par Newscongo, le Colonel Bakole Nyengele Luc-Albert a toutefois invité les habitants à la vigilance, et à coopérer avec les FARDC.

Il a également demandé aux parents d’envoyer leurs enfants aux cours, en vue de parachever les examens du deuxième trimestre.

Pendant ce temps, les partenaires humanitaires disent être prêts à apporter une assistance aux personnes déplacées et retournées, dès que la situation sécuritaire le permettra.

«Les besoins les plus urgents sont la protection, la nourriture et les articles ménagers essentiels. OCHA et les partenaires humanitaires (agences des Nations Unies et ONG) s'efforcent d'identifier les besoins spécifiques et les capacités de réponse existantes,» déclare le Bureau de Coordination humanitaire.

OCHA annonce que des acteurs humanitaires doivent se réunir ce vendredi 1er avril, pour évaluer la situation et définir les actions à entreprendre.

Pour rappel, c’est depuis Lundi 28 mars 2022, les combattants du M23 ont attaqué simultanément les positions de l’armée Congolaise sur les collines surplombant les villages de Tchanzu et Runyonyi dans le groupement de Jomba. Ce qui a causé le déplacement de la population locale vers des zones supposées sécurisées.

Le bilan de ces combats demeure imprécis. Mais huit casques bleus de la Monusco ont perdu la vie, lors du crash de leur hélicoptère mardi dernier, dans la zone de Rutshuru. Les FARDC accusent les M23 d’avoir abattu cet appareil.

Rédigé Par Museza Pascal
0 COMMENTAIRE
Rediger un commentaire