Récherche...
logo newscongo

SOCIéTé | Kasaï-Oriental : Mbuji-Mayi plongée dans le noir, 20 litres d'eau passe de 200 à 1500 FC

Kasaï-Oriental : Mbuji-Mayi plongée dans le noir, 20 litres d'eau passe de 200 à 1500 FC

221 Junior Mukuna
imagr article
Les habitants du quartier Ciasasa en attente d'eau. Ph. Tiers


Les habitants de la  ville de Mbuji-Mayi, chef-lieu de la province du Kasaï-Oriental, font face à une situation de carence en eau potable depuis près d’une semaine. Cette denrée de première nécessité se fait de plus en plus rare et les robinets sont secs.

Selon le constat fait ce jeudi 11 Août 2022 par NewsCongo, les colporteurs à vélo et les femmes ménagères qui proposent de l’eau en bidon et en bassin ont fait grimpé le prix. Un bidon d'eau de 20 litres qui se vendait à 100 Fc soit 200 FC se vend  1000 voire 1500 FC selon le quartier d'habitation. Un bassin d'eau qui vendait à 300 voir 400 ou 500 FC passe à 2000 FC.

Cette situation amènent plusieurs femmes de ménage, filles et garçons à parcourir de longues distances à la recherche de l’eau potable.

Cette rareté d’eau potable pousse certaines personnes à faire recours à l'eau des rivières et des pluies, cela avec risques des maladies. Cette carence d’eau intervient au moment où la ville de Mbuji-Mayi traverse une période de forte chaleur, en cette saison sèche et aussi la hausse des denrées alimentaires sur le marché, ou une mesurette de maïs communément appelée " Meka" est passée de 2000 FC à 4000 FC il y a plus de deux semaines à Mbuji-mayi. Une situation qui pèse dans plusieurs familles.

« Ça devient compliqué, nous achetons un bidon d'eau à 1500 FC ou un bassin d'eau à 2000 FC, pour se laver il nous faut dépensé environ 10 000 FC, il y a aussi le Meka de maïs à 4000 FC, ça devient la mort donc il faut au moins 20 000 FC pour nourrir bien la famille » a déploré une ménagère.

Les sources de la Regideso attribuent la cause à l’entreprise Energie du Kasaï (ENERKA), qui produit, commercialise et distribue l’énergie électrique qui a connu une panne sur les turbines du barrage hydroélectrique de Tshiala, une situation qui a plongé la ville de Mbuji-mayi dans le noir.

Rédigé Par Junior Mukuna
0 COMMENTAIRE
Rediger un commentaire