Récherche...
logo newscongo

SéCURITé | Ituri/Mort d’un casque bleu népalais : l’ONU exige une enquête

Ituri/Mort d’un casque bleu népalais : l’ONU exige une enquête

195 Museza Pascal
imagr article
Cérémonie des funérailles du casque bleu népalais tué/ph. MONUSCO

Des hommages ont été rendus ce jeudi 7 avril 2022 au Casque bleu du Népal, mort le 5 avril lors d’une attaque des miliciens de la Coopérative pour le développement du Congo (CODECO) contre la MONUSCO à Bali, dans le territoire de Djugu en province de l’Ituri.

Au cours d’une cérémonie organisée à Bunia, le Gouverneur de l’Ituri a salué « l'héroïsme » du soldat mort dans une opération militaire dans sa province.

Selon la MONUSCO, Bintou Keita, Représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU et Cheffe de la mission onusienne en RDC, a également salué la mémoire du soldat mort sur le champ de bataille, pour, dit-elle, le retour paix RDC.

Le Secrétaire général de l’ONU et le Conseil de sécurité avaient déjà exprimé leurs condoléances à la famille du Casque bleu décédé, ainsi qu’au Gouvernement et au peuple du Népal.

António Guterres a rappelé que les attaques contre les soldats de la paix des Nations Unies peuvent constituer un crime de guerre.

«Le Secrétaire général appelle les autorités congolaises à enquêter sur cet incident et à traduire rapidement les responsables en justice. Le Secrétaire général réaffirme que les Nations Unies, par le biais de sa Représentante spéciale en République démocratique du Congo, continueront à accompagner le gouvernement et le peuple congolais dans leurs efforts visant à instaurer la paix et la stabilité dans l’est du pays,» a déclaré à la presse son porte-parole adjoint, Farhan Haq.

Les membres du Conseil de sécurité de l’ONU ont condamné « dans les termes les plus forts » toutes les attaques et provocations contre la MONUSCO. Ils ont exigé une enquête, pour que les auteurs de cette attaque soient traduits en justice.

«Les attaques délibérées visant les soldats de la paix peuvent constituer des crimes de guerre au regard du droit international. Les membres du Conseil de sécurité appellent les autorités congolaises à enquêter rapidement sur cette attaque et à traduire les auteurs en justice,» ont-il martelé à la presse.

Pour rappel, 8 autres Casques bleus dont six Pakistanais, un Russe et un Serbe, avaient perdu la vie dans un crash de leur hélicoptère, lors des affrontements entre FARDC et M23 dans la région de Rutshuru au Nord-Kivu.

Dans la plupart des exactions en RDC, les enquêtes, quand elles sont lancées, "piétinent toujours". Lors de la récente attaque, la MONUSCO a fait savoir, à l’issue des enquêtes préliminaires, que le crash de son hélicoptère aurait été causé par un objet « lumineux.

La mission de l’ONU a cependant précisé qu’il était prématuré d’en conclure que ce n’est « pas un accident ». Les Forces Armées de la RDC accusent les M23 d’avoir « abattu » cet hélicoptère.

Face à ces multiples attaques contre les Casques bleus en RDC, le Conseil de sécurité souligne qu'il est important que la MONUSCO dispose des capacités nécessaires pour s'acquitter de son mandat de maintien de la paix en RDC, mais également promouvoir la sûreté et la sécurité des soldats de la paix des Nations Unies et de ses opérations.  

Rédigé Par Museza Pascal
0 COMMENTAIRE
Rediger un commentaire