Récherche...
logo newscongo

POLITIQUE | CENI : Félix Tshisekedi se contredit sur 2 points

CENI : Félix Tshisekedi se contredit sur 2 points

700 Museza Pascal
imagr article

Le Président de la République Félix Tshisekedi a annoncé ce vendredi 22 octobre 2021, avoir investi les nouveaux membres du Bureau de la Commission électorale CENI, avec comme Président Denis Kadima à travers une ordonnance lue à la télévision nationale.

Cependant, dans son adresse à la nation tenu un peu plutôt, le Chef de l’État a affirmé deux choses et leurs contraires, en ce qui concerne le processus l’ayant conduit à l’investiture de ces membres.

D’emblée, Félix Tshisekedi a reconnu que les confessions religieuses ont la lourde tâchehe d’accompagner les processus électoraux en RDC, notamment par la désignation entre autres, du Président de la CENI. Selon lui, la tenue de "bonnes élections" est « un des fondamentaux » pour une paix durable et une stabilité politique, «gage de l'attrait des investissements et de la croissance économique

Félix Tshisekedi a rappelé qu'en 2020, devant la nation, il s'était opposé à l'investiture du candidat désigné Président de la CENI, Ronsard Malonda.

Les raisons évoquées, sont notamment la question de l'entérinement des membres du Bureau de la CENI n'était pas inscrite à l'ordre du jour de l'Assemblée nationale, et le fait qu’un seul PV désignant le Président de la CENI lui avait été transmis pour promulgation, alors que le Bureau de la CENI devrait compter 15 membres.

1ère contradiction

Une nouvelle fois, ce ne sont pas 15 PV (Procès verbal) qui lui ont été transmis, mais 13. Plus tôt, plusieurs analystes avaient estimé qu’il est inconcevable que le Président de la République signe une ordonnance incomplète. Mais Félix Tshisekedi dit s’être contenté de ces 12 membres, espérant que les 3 autres, qui sont réservés à l’opposition, suivront.

«Non seulement l'entérinement des membres du Bureau de la CENI a été régulièrement inscrite à l'ordre du jour de l'Assemblée nationale, mais aussi 12 PV sur les 15 attendus ont bien été reçus, examinés et entérinés. Ceci permettant ainsi au Bureau d'atteindre le quorum requis, de pouvoir siéger valablement. Ce qui n'était pas le cas en 2020,» a-t-il déclaré.

Le Président Tshisekedi ajoute une autre raison l’ayant conduit à refuser d’investir Ronsar Malonda en 2020. Selon lui, le Président et le Vice-Président de la plateforme des confessions religieuses n'avaient pas sanctionné le PV de désignation par leurs signatures, et deux des représentants de 6 confessions religieuses supposées avoir soutenues le candidat désigné, ont été désavoués par leur hiérarchie.

En sa qualité de garant de la bonne marche des institutions, le Chef de l’Etat dit avoir demandé la reprise du processus de désignation, en recommandant que le consensus soit privilégié.

Seconde contradiction

Il n’y a pas eu de consensus encore une fois, et le Président et le Vice-Président de la plateforme des confessions religieuses (ECC et CENCO) n’ont pas signé le PV de désignation de la nouvelle équipe, comme en 2020. Félix Tshisekedi se contente de la majorité dégagée au profit d’un candidat [Denis Kadima soutenu par 6 confessions religieuses], alors que c’était déjà le cas pour Malonda.

«Aujourd'hui je me réjouis donc que le processus de désignation des membres en 2021 se soit déroulé de manière régulière, car en ce qui concerne notamment la désignation des membres du Bureau de la CENI, malgré le manque de consensus, une majorité claire s'est dégagée au profit d'un candidat, et ce conformément aux prescrits de la charte des confessions religieuses. C'est ici l'occasion de féliciter le Président de l'Assemblée Nationale pour avoir donné plusieurs occasions aux confessions religieuses de se retrouver afin de dégager un compromis, à défaut d'un consensus,» martèle-t-il.

Bien que les actuels membres de la CENI soient contestés par la Société Civile, l’Opposition, et une partie au sein même de l’Union sacrée, Félix Tshisekedi lui, se félicite de leur investiture, qu’il considère comme une "bataille remportée".

«Notre pays a résolument opté pour la démocratie compétitive. Celle-ci a des règles qui veulent qu'il y ait de gagnants et de perdants. Nous ne pouvons pas après avoir choisi la compétition et les règles y afférentes, nous y soustraire. Nos divergences, loin d'être des faiblesses, sont plutôt l'illustration de la vitalité de notre démocratie. Au regard de tout ce qui précède, j'ai décidé de signer l'ordonnance désignant les membres du nouveau bureau de la CENI. J'exhorte vivement ces derniers à œuvrer pour l'organisation d'élections libres, démocratiques et transparentes dans le délai constitutionnel,» a dit le Chef de l’Etat.

Félix Tshisekedi a également annoncé qu’il compte désigner, auprès de lui, un responsable du suivi du bon déroulement du processus électoral.

Rédigé Par Museza Pascal
2 COMMENTAIRES
Sergino Selemani
Les kasaiens sont juste des fanatiques
2023 c'est demain nous allons vous chasser au Katanga comme en 1991 ça mmettez ça dans vos tête qu'il y'aura mort en masse de kasaiens au Katanga .
Nous vous avons accueillit comme des frères mais vous voulez faire caca sur nos tête..... Nous n'avons pas de problème avec nos frères du Kivu,du bas Congo du Maniema paka mweye bilulu ......

Que Félix règle cette histoire katangais kasaiens avant qu'il ne soit trop tard sinon Kasaï en avant marche
Publié le 30 Octobre 2021
Eric kalenga
C'est plutôt ton analyste qui fait l'amalgame, messieur! Avant tout la noblèsse oblige de faire l'analyse comparative de deux différentes chartes des conféssions réligieuses: l'époque de Sony kafuta comme vice président de celle de Pasteur Dodo Kamba l'actuel Vice président de la dite plate-forme ! Dans un article de charte stipule que : en cas d'absence ou empêchement du président , il revient au vice président de présider et de signer le p.v.; donc, vous êtes dans l'érreur ! Avant de publier, je vous conseil de mener des récherches approfondies, svp !
Publié le 26 Octobre 2021
Rediger un commentaire