Récherche...
logo newscongo

SOCIéTé | Butembo : la société civile reste hostile à la Monusco, mais demande aux habitants de reprendre leurs activités

Butembo : la société civile reste hostile à la Monusco, mais demande aux habitants de reprendre leurs activités

64 Elie MBULEGHETI
imagr article
Révérent Pasteur Saanane MATHE, Président de la Coordination urbaine de la société civile de Butembo. 01 Aout 2022. ©Mwana Mpenzi

« Nous demandons à toutes les organisations d’arrêter la collaboration avec la Monusco. Mais aussi, nous avons demandé à ce que la Monusco ne circule plus dans notre ville ». Ces mots sont du Président de la société civile de Butembo devant la presse locale ce lundi 1er août 2022.

La coordination urbaine de la société civile de la ville de Butembo (Nord-Kivu) reste hostile à ses décisions, la Monusco doit quitter la région en guerre. Devant la presse locale, le président de cette structure citoyenne exige que les agents de cette mission onusienne quittent le grand Nord.

« Nous avons montré clairement que nous avons besoin qu’on relève la Monusco dans cette entité parce que nous avons constaté qu’elle ne nous aide à rien dans les territoires de Lubero-Beni et les villes de Butembo-Beni. En attendant, ils pourront poursuivre avec ce retrait quand ils seront ailleurs » a expliqué le Pasteur Saanane Mathe.

Dans la rencontre tenue par la société civile ce lundi 1er août 2022, ils exigent de la Monusco la prise en charge des blessées et d’indemniser les victimes tuées lors des manifestations qui visait leur départ.

« Nous avons également demandé qu’ils prennent en charge les blessés de guerre et indemniser les victimes de la manifestation » a-t-il poursuivi.

Le président de la coordination urbaine de la société civile appelle cependant les habitants de Butembo à reprendre leurs activités en vile. La société civile et ses organisations, les manifestants ne devront plus communiquer avec la Monusco. Le Révèrent Pasteur Saanane va jusqu’à signifier que les véhicules de la mission onusienne ne devront plus circuler dans cette partie de la RDC.

« Nous demandons à toute la population de venir demain [mardi 02 aout, ndlr] au travail. Nous demandons à toutes les organisations d’arrêter la collaboration avec la Monusco. Mais aussi, nous avons demandé à ce que la Monusco ne circule plus dans notre ville. En cas de passage, la population doit siffler afin qu’elle sente que la population ne veut plus d’elle. Aussi, tout appel de la Monusco, il ne sera plus répondu ni par la coordination urbaine, ni par les organisations de la société civile ni par les mouvements citoyens. Et donc tous nous serons respectueux de ces actions et nous allons les accompagner » a-t-il conclu devant la presse.

La société civile du Nord-Kivu en collaboration avec les groupes mènent des manifestions pour exiger le départ de la Monusco jugée pour son inefficacité face à la guerre qui meurtrie les civils à l’Est de la RDC depuis 20 ans.

Rédigé Par Elie MBULEGHETI
0 COMMENTAIRE
Rediger un commentaire