News Société Santé Sécurité Economie Finances Environnement Education Politique Culture Sports Contact
Sécurité | Ituri : Controverse du bilan de l'attaque de Drodro entre l'armée et les structures citoyennes

Ituri : Controverse du bilan de l'attaque de Drodro entre l'armée et les structures citoyennes

Publié le 22 Novembre 2021 | 146 | Nickson Manzekele |
imagr article
Photo tiers/Camp des déplacés de Drodro

Plus où moins 50 civils tués, le camp des déplacés réduit en cendre, est le bilan de la unième attaque des miliciens CODECO au village Drodro en chefferie des Bahema Nord dans le territoire de Djugu.

La nouvelle attaque de ces ennemis s'est déroulée la journée et la nuit du dimanche 21 novembre 2021.

Le chef de cette chefferie, Pilo Mulindro, qui nous rapporte la nouvelle plaide pour le renfort de l'effectif militaire dans la zone pour mettre fin aux crimes commis en Ituri notamment dans le territoire de Djugu.

La société civile/coordination provinciale de l'Ituri qui qualifie l'attaque de Drodro d'un désarrois, ajoute que ce "carnage de plus de 50 civils prouve une négligence des alertes de la population fournie auprès des forces de défense et de sécurité car les structures de la société civile avaient déjà alerté le commandant Régina en place".

Maître Jean-Mary Ezadri, son vice président, recommande toutefois au gouverneur militaire de changer cet officier militaire pour avoir montré à la face du monde, "son incompétence à ne pas prendre en compte les alertes des structures citoyennes".

Pour sa part, le député provincial Jean Bosco Assamba qui félicite tout d'abord l'armée à avoir limité les dégâts en repoussant cette attaque, l'invite néanmoins à changer ses stratégies d'opération pour anéantir "complètement tous les groupes armés qui opèrent en Ituri".

L'armée qui, quant à elle, parle de 12 civils tués, confirme les dégâts causés lors de cette attaque par les miliciens de la CODECO affirme avoir le contrôle de la zone de Drodro et ses environs.

Son porte-parole qui s'est confié à notre correspondant dans la zone, demande cependant aux communautés ituriennes d'être responsables en empêchant toutes les attaques armées contre la population car ajoute-t-il, toutes les attaques négatives proviennent des communautés ou des liens proches aux communautés.

Pour rappel, 4 villages de la chefferie de Bahema Nord notamment Ngazba, Drodro, Tche et les autres ont été les cibles de la milice CODECO dans seulement, une journée, celle du dimanche 21 novembre dernier.

Rédigé Par Nickson Manzekele

TAG

0 COMMENTAIRE





Rediger un commentaire