News Société Santé Sécurité Economie Finances Environnement Education Politique Culture Sports Contact
Économie | Lubumbashi : hausse des prix des produits de première nécessité sur le marché

Lubumbashi : hausse des prix des produits de première nécessité sur le marché

Publié le 19 Novembre 2021 | 141 | Ruth KUTEMBA |
imagr article
Marché de Kalubwe à Lubumbashi, 19 novembre 2021. ©Ruth KUTEMBA

Les prix  des produits de première nécessité sont revus à la hausse en ville de Lubumbashi, chef-lieu du Haut-Katanga.

Le constat a été effectué notamment au marché Kalubwe double poteau situé au quartier Kalubwe dans la commune Annexe. Selon les vendeurs de ce lieu de négoce, cette hausse est due à l'instabilité du taux de change de dollar américain.

Parmi les produits dont les prix ont haussé, figure l'huile végétale et  la tomate. Les vendeurs se plaignent de cette situation qui dure maintenant plusieurs semaines.

Une vendeuse trouvée au marché qui s’est exprimé l'anonymat parle d’une situation difficile à supporter.

« Bien avant un bidon de 20 litre  d'huile  végétal se négociait à 28000 francs, mais actuellement il  se vend à 80 000fc ou  plus. Et une bouteille d'huile qui revenait à 1500fc se vend présentement à 3500 fc. Le  constat est le même avec le prix des tomates fruits au paravent un panier des tomates se négociait à  8000fc, 15000 voire 25 000fc mais de nos jours le même cassier revient  à 45000 FC " a t'il déclaré.

Pour cette vendeuse du marché Kalubwe Double poteau, cette situation est un manque à gagner pour eux, les produits ne s’écoulent plus  facilement.

"Les produits ne se vendent plus comme avant, les clients se plaignent, l'argent n'est plus en circulation, et le taux de dollar demeure la cause principale de cette hausse. D'où nos cris d'alarme aux autorités compétentes" , a-t-elle déploré.

Signalons qu'à Lubumbashi, cette situation est observée dans plusieurs marchés.  Certains vendeurs estiment que si le taux de change revenait où 1 $ se négociait à 900fc, tout redeviendrait à la normal. Pour l'instant la population attend l'intervention des autorités compétentes  pour une solution palliative.

Rédigé Par Ruth KUTEMBA

TAG

0 COMMENTAIRE





Rediger un commentaire