News Société Santé Sécurité Economie Finances Environnement Education Politique Culture Sports Contact
Environnement | COP26 : le CICR plaide pour le renforcement de l’action pour le climat dans les pays en proie aux conflits armés

COP26 : le CICR plaide pour le renforcement de l’action pour le climat dans les pays en proie aux conflits armés

Publié le 29 Octobre 2021 | 176 | Museza Pascal |
imagr article

Alors que les dirigeants du monde entier s’apprêtent à participer à la COP26, conférence d’une importance "capitale" sur le changement climatique, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) appelle la communauté internationale à renforcer l’action pour le climat, dans les États en proie aux conflits armés.

Robert Mardini, directeur général du CICR, affirme que les pays en situation de conflit sont parmi les plus vulnérables, face à la crise climatique.

Selon lui, c’est chaque jour que le CICR constate que le changement climatique, lorsqu’il vient s’ajouter aux effets des conflits, entraîne une augmentation des besoins humanitaires et perturbe la fourniture des services essentiels.

«Ici au Mali, j'ai pu voir de mes propres yeux comment le changement climatique impacte de manière directe les communautés qui souffrent aussi d'ailleurs de décennies de conflits armés. J'ai discuté avec des personnes et des communautés qui ont été déplacées plusieurs fois, bien sûr à cause du conflit. Mais aussi, ces déplacements ont été rendus beaucoup plus difficiles à cause des d'épisodes climatiques extrêmes comme les inondations et les sécheresses,» a déclaré à la presse le DG du CICR, en séjour au Mali.

Le CICR note que dans des pays comme le Mali, la Somalie, la vallée du Jourdain en territoire palestinien occupé, le Niger, le Burkina Faso et l’Irak, les témoignages mettent en évidence l’impact de la crise climatique sur la vie des populations, «qui ont le plus grand mal à s’adapter aux chocs climatiques récurrents et à s’en relever,» car elles sont poussées à abandonner leurs modes de vie traditionnels.

L’organisation internationale estime que les pays touchés par des conflits armés doivent, de toute urgence, renforcer la capacité de leurs populations à s’adapter aux risques climatiques.

Robert Mardini regrette que ces pays soient restés, pour l’heure, les « grands oubliés » de l’action pour le climat, et des dispositifs de financement de la lutte contre le changement climatique.

«Il est clair que les gens qui vivent dans des conflits armés sont les plus vulnérables face à la crise climatique globale. Alors qu'ils devraient être vraiment en tête de liste pour être ceux qui reçoivent le soutien et le support, ils se retrouvent vraiment totalement négligés par les actions climatiques et les financements climatiques. Dans le cadre de COP 26, il faut prioriser l'aide et les financements pour les communautés les plus pauvres et les plus affectées par les conflits armés, par les changements climatiques pour éviter une catastrophe humanitaire d'envergure,» a-t-il déclaré.

Signalons que cette 26ème conférence des Nations-Unies sur le changement climatique, se tiendra du 1er au 12 novembre 2021 à Glasgow, en Écosse. Plusieurs chefs d’État du continent et du monde feront le déplacement pour assister à ce grand rendez-vous, qui est présenté comme la conférence sur le climat la plus significative depuis celle de Paris en 2021. Les dirigeants du monde devront non seulement rendre des comptes, dresser un bilan, mais aussi revoir les objectifs à la hausse, suite aux effets du changement climatique qui sont désormais visibles partout.

Rédigé Par Museza Pascal

TAG

0 COMMENTAIRE





Rediger un commentaire