News Société Santé Sécurité Economie Finances Environnement Education Politique Culture Sports Contact
Justice | Kasaï central : les avocats ont marché pour exiger la libération de Me Prosper Kamalu

Kasaï central : les avocats ont marché pour exiger la libération de Me Prosper Kamalu

Publié le 21 Octobre 2021 | 190 | David Balekelayi |
imagr article

Les avocats du barreau du Kasaï Central sont descendus dans les rues de la ville de Kananga ce jeudi 21 octobre 2021 pour exiger la libération de leur confrère, Me Prosper Kamalu, arrêté par l'Auditorat Supérieur Militaire de l'ex Kasaï Occidental, dans le dossier du meurtre de deux experts de l’ONU.

Ces défenseurs judiciaires déplorent la détention « prolongée » de l'avocat Kamalu Prosper, convoqué par la cour militaire pour témoigner en rapport avec la vidéo du meurtre de deux experts onusiens, qu'il possédait.

Dans leur mémorandum lu par le bâtonnier Christophe Kawaya, les avocats du barreau du Kasaï Central s'insurgent contre l'arrestation « arbitraire » et la détention « illégale », dont est victime leur confrère à l'Auditorat Supérieur Militaire.

Ils dénoncent également la verbalisation de leur confrère par des personnes « étrangères » à la justice congolaise, et « sans qualité » par vidéo conférence, ainsi que des « tortures morales » dont ce dernier est victime.

Ainsi, ils exigent la libération de l'avocat Kamalu Prosper, et la mise en accusation du magistrat auteur de son arrestation.

Signalons que depuis le jeudi 14 octobre dernier, les avocats du barreau du Kasaï Central ont décidé de suspendre leurs prestations devant les juridictions et offices militaires, en vue d'exiger la libération de Me Prosper Kamalu.

L'avocat Kamalu Prosper fait partie de quatre personnes dont deux journalistes, arrêtées par la justice militaire pour avoir été en possession de la vidéo du meurtre de ces deux experts onusiens tués en mars 2017, Zaida Catalan et Michael Sharp. L'une de quatre personnes, le journaliste Sosthene Kambidi, a lui bénéficié de la liberté provisoire.

Rédigé Par David Balekelayi

TAG

0 COMMENTAIRE





Rediger un commentaire